La bourse reste bien soutenue malgré le coronavirus

lagarde bce

Les indices boursiers européens évoluent en hausse ce vendredi, tandis que les marchés américains sous plus lourds. En effet, la BCE soutient l’Europe, tandis que l’épidémie US pèse sur Wall Street. Alors que le Covid-19 va rester en tête des préoccupations des marchés aujourd’hui, le calendrier économique sera également à suivre. On surveillera également l’avancée des négociations en ce qui concerne le Brexit.

Les marchés européens soutenus par Lagarde

Malgré les inquiétudes liées à la pandémie, le marché américain a progressé en clôture jeudi. Cela a donné un coup de pouce aux indices européens ce matin en ouverture. Les investisseurs semblent en effet compter sur les décideurs politiques pour amortir le choc de la pandémie. Pour rappel, c’est déjà l’annonce de la BCE d’hier tôt dans la matinée qui avait permis aux marchés boursiers de se retourner à la hausse après une ouverture dans le rouge.

Aujourd’hui encore, Christine Lagarde, présidente de la BCE, a renforcé la hausse des marchés. Elle a en effet estimé que la zone euro a « probablement dépassé » le pire de la crise économique causée par la pandémie de coronavirus. Cela alors que le taux d’infections dans la région est resté stable depuis le début des levées des confinements. « Nous avons probablement dépassé le point le plus bas et je dis cela avec une certaine appréhension car bien sûr, il pourrait y avoir une deuxième vague sévère », a ajouté Christine Lagarde. Elle a aussi averti que la reprise sera probablement inégale. La pandémie pourrait en effet tuer des entreprises dont les activités étaient déjà en déclin. Lagarde a ainsi mis en garde contre l’injection d’argent sans fin dans des entreprises « zombies ».

Ses propos ont ainsi contribué à la hausse des marchés boursiers européens ce vendredi. En début d’après-midi, le CAC 40 gagne 1,5% et le DAX 30 progresse de 0,8%. Aujourd’hui, le FTSE 100 britannique sur-performe avec une hausse de 1,5%. Le Royaume-Uni a en effet annoncé vendredi travailler sur un plan visant à assouplir sa quarantaine pour les voyageurs internationaux avec certains pays où le risque de contracter le coronavirus est plus faible. Les futures américains sont plus mitigés, oscillant autour de l’équilibre.

Évolution de la pandémie de coronavirus

Il n’y a aucun signe de recul de la pandémie de coronavirus au niveau des États-Unis. En effet, un nombre record de 37 000 nouveaux cas a été enregistré jeudi. Dépassant ainsi le pic observé en avril après le déconfinement. En particulier, les foyers en Californie, au Texas, en Floride et en Arizona continuent de se propager rapidement. Ainsi, certains gouverneurs américains reviennent sur leurs plans de réouverture. Le Texas et la Floride ont en effet suspendu la réouverture de leurs économies. La prochaine étape crainte serait de nouvelles restrictions de l’activité.

Des tensions sont également reportées dans certains hôpitaux, notamment à Houston, où les capacités d’accueil deviennent limitées. En réaction, certains hôpitaux devront reporter les opérations non urgentes pour créer des lits de réanimation supplémentaires. Cela souligne que l’épidémie est loin d’être maitrisée outre-Atlantique.

Le Royaume-Uni et la Suède, qui ont aussi tardé à mettre en place des mesures de confinement, sont aussi des sources de préoccupations. Alors que le reste du monde se déconfine, le Royaume-Uni a du mal à mettre en place de nouvelles mesures sanitaires préventives. En effet, le gouvernement a abandonné ce vendredi son projet de mise en quarantaine généralisée de tous les visiteurs étrangers. Un projet qui avait suscité l’indignation et des menaces de poursuites judiciaires de la part du secteur des voyages en difficulté.

Le secrétaire britannique à la santé a de son côté avertit qu’il pourrait fermer des plages pour éviter une nouvelle vague d’infections. Cela après des scènes de ruées vers les plages après les récentes chaleurs. L’OCDE et le FMI s’attendent à ce que le Royaume-Uni soit la plus touchée de toutes les économies du G7 cette année.

Le CAC 40 remonte dans son ancien range

Après une cassure du support des 4900 hier, le CAC 40 a trouvé du soutien vers 4800, et a amorcé un rebond avec l’aide de la BCE. Après une période d’hésitation sous les 4900, devenus résistance, l’indice a fini par remonter au-dessus. Ainsi, le CAC 40 réintègre son range de consolidation horizontal entre 4900 et 5050. Avec le nouveau soutien de la BCE aujourd’hui, le CAC pourrait donc parvenir à nouveau à aller chercher la résistance des 5050.

Un mouvement au-dessus des 5055 pourrait signaler un plus important retournement haussier à court terme, pour éventuellement retrouver le pic du 8 juin vers 5230. Avant cela, 5150 sera déjà un solide obstacle à la hausse. Dans le sens inverse, une cassure en dessous des 4900 pourrait relancer la tendance baissière à court terme, le CAC 40 pouvant retrouver les creux à 4800, 4730 et 4680.

© 2020, Multitrading.fr. Tous droits réservés.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous Contacter

Laissez-nous un message, nous vous recontacterons dans les plus brefs délais.

En cours d’envoi

©2020 Multitrading.fr Analyses, Actualités et Formation pour le Trading Multimarchés (EUR/USD, Bitcoin, CAC 40, Or, Pétrole, etc...)

Pourquoi Multitrading.fr ? - Qui sommes-nous ? - Mentions légales - Avertissement sur les risques

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account